LOI HOGUET – LOI ELAN

 

Vous devez être détenteurs de la carte professionnelle, le gérant de la structure ne peut plus être une personne extérieure qui ne dirige pas l’entreprise au quotidien * (article 5 Décret n° 2015-1090 du 28 août 2015)

Le Responsable d’une succursale doit être en capacité professionnelle

*(dernier aliéna article 3 loi du 2 janvier 1970)

Pour cela SUPTERTIAIRE vous propose de vous former sur son titre RNCP niveau II habilitant pour

les cartes professionnelles T, G et S « Responsable d’Affaires immobilières ».

A votre rythme et sans vous déplacer grâce au e-learning !

La DGCCRF commence à contrôler les agences et cabinets (et vérifie aussi vos obligations TRACFIN)*

Inscrivez-vous vite pour leur montrer votre engagement et éviter ainsi les sanctions

Appelez Latifa HASSANI au 01 42 47 82 45  ou conseil@suptertiaire.com

 

Pour Rappel :

Décret n° 2015-1090 du 28 août 2015 fixant les règles constituant le code de déontologie applicable à certaines personnes exerçant les activités de transaction et de gestion des immeubles et des fonds de commerce :

Article 5*

Organisation et gestion de l’entreprise

Les personnes mentionnées à l’article 1er (les agents immobiliers soumis à la loi HOGUET) veillent à ce que les modalités d’organisation et de fonctionnement des structures d’exercice de leurs activités leur permettent d’être en conformité avec les dispositions légales et réglementaires en vigueur et celles du présent code. En particulier, elles assurent la direction effective de leur entreprise et de leurs établissements, sous réserve de leur faculté de nommer des directeurs d’établissement (qui doivent remplir les conditions légales prévues)

Loi n° 70-9 du 2 janvier 1970 réglementant les conditions d’exercice des activités relatives à certaines opérations portant sur les immeubles et les fonds de commerce.

Article 3* modifié par LOI n°2015-990 du 6 août 2015 – art. 102

Les activités visées à l’article 1er ne peuvent être exercées que par les personnes physiques ou morales titulaires d’une carte professionnelle, délivrée, pour une durée et selon des modalités fixées par décret en Conseil d’Etat, par le président de la chambre de commerce et d’industrie territoriale ou par le président de la chambre de commerce et d’industrie départementale d’Ile-de-France, précisant celles des opérations qu’elles peuvent accomplir. Lorsque le président de la chambre de commerce et d’industrie territoriale ou de la chambre départementale d’Ile-de-France exerce une activité mentionnée à l’article 1er, la carte est délivrée par le vice-président, dans des conditions fixées par décret en Conseil d’Etat (1).

CCI France établit et tient à jour un fichier des personnes titulaires de la carte professionnelle, selon des modalités définies par décret.

Cette carte ne peut être délivrée qu’aux personnes physiques qui satisfont aux conditions suivantes :

1° Justifier de leur aptitude professionnelle ;

2° Justifier d’une garantie financière permettant le remboursement des fonds, effets ou valeurs déposés et spécialement affectée à ce dernier, y compris les sommes versées au fonds de travaux mentionné à l’article 14-2 de la loi n° 65-557 du 10 juillet 1965 fixant le statut de la copropriété des immeubles bâtis à l’exception toutefois des personnes déclarant leur intention de ne détenir aucun fonds, effet ou valeur, pour les activités mentionnées à l’article 1er, à l’exception de celles mentionnées aux 6° et 9° du même article dans des conditions fixées par décret en Conseil d’Etat. Seuls les garants financiers ayant mis en place des procédures de contrôle internes, au moyen d’un référentiel et de modèles de suivi des risques, sont habilités à délivrer la garantie financière. Un décret en Conseil d’Etat définit les procédures et les conditions dans lesquelles les garants exercent leurs missions de contrôle sur les fonds qu’ils garantissent en application du présent article ;

3° Contracter une assurance contre les conséquences pécuniaires de leur responsabilité civile professionnelle ;

4° Ne pas être frappées d’une des incapacités ou interdictions d’exercer définies aux titres II et II bis ci-après.

La garantie mentionnée au 2° ci-dessus résulte d’un engagement écrit fourni par une entreprise d’assurance spécialement agréée, par un établissement de crédit, une société de financement ou une institution mentionnée à l’article L. 518-1 du code monétaire et financier.

Les modalités de détermination du montant de la garantie sont fixées par décret en Conseil d’Etat.

La carte n’est délivrée aux personnes morales que si lesdites personnes satisfont aux conditions prévues aux 2° et 3° ci-dessus et que si leurs représentants légaux et statutaires satisfont aux conditions prévues aux 1° et 4° ci-dessus.

Il doit être procédé à une déclaration préalable d’activité pour chaque établissement, succursale, agence ou bureau par la personne qui en assure la direction. Cette personne doit, en outre, satisfaire à la condition prévue au 1° et ne pas être frappée d’une des incapacités ou interdictions d’exercer définies au titre II de la présente loi.

 

Pour mémoire :

Article 8 du Décret du 20 juillet 1972 :

Modifié par DÉCRET n°2015-702 du 19 juin 2015 – art. 7

«  Une déclaration préalable d’activité est souscrite à la chambre de commerce et d’industrie territoriale ou à la chambre départementale d’Ile-de-France du lieu de situation de chaque établissement, succursale, agence ou bureau  mentionnés à l’article 4, par la personne qui en assure la direction.

Cette déclaration contient les renseignements mentionnés selon le cas au troisième ou au quatrième alinéa de l’article 2, ainsi que l’indication de la chambre de commerce compétente en application du I de l’article 5.Elle comporte également l’état civil, la qualité et le domicile personnel du déclarant.

Lorsque les conditions prévues aux 1° et 4° de l’article 3 de la loi du 2 janvier 1970 susvisée sont réunies, il est remis  à la personne qui dirige l’établissement, la succursale, l’agence ou le bureau un récépissé de déclaration.