GESTIONNAIRE DE COPROPRIETE EN IMMOBILIER

Mandataire des copropriétaires d’une résidence, le gestionnaire de copropriété gère les parties communes des immeubles.

Depuis la loi du 10 juillet 1965, la désignation d’un syndic est obligatoire dans toutes les copropriétés. Le syndic de copropriété est le mandataire de la collectivité des copropriétaires. C’est l’assemblée générale des copropriétaires qui nomme le syndic à la majorité absolue. Mais il peut être aussi nommé à titre provisoire, dans le cadre d’un immeuble neuf, par le promoteur de celui-ci. Il peut en outre être nommé, dans certains cas, par les juridictions judiciaires.

 

Assurer la maintenance et l’entretien de l’immeuble

Ses responsabilités sont nombreuses. Il gère les personnels de gardiennage ou d’entretien d’immeuble, l’entretien technique de l’immeuble (entrée principale, boîtes aux lettres, cages d’escaliers, ascenseurs, toiture …), les contrats d’assurance. Il assure la gestion des budgets alloués à l’entretien du bien commun. C’est également lui qui règle les fournisseurs et résout les problèmes relatifs à la plomberie ou au chauffage notamment.

 

Gestionnaire et médiateur à la fois

Le gestionnaire convoque et organise l’assemblée générale des copropriétaires. Il exécute les décisions prises lors de ces assemblées. Il fait également respecter le règlement de copropriété et engage les éventuelles procédures judiciaires à l’encontre d’un copropriétaire.

 

Compétences nécessaires

  • Connaissances juridiques et techniques
  • Rigueur et organisation
  • Qualités relationnelles et rédactionnelles
  • Aptitudes à la négociation

 

Cursus / formations

Un gestionnaire (ou syndic) de copropriété est le plus souvent titulaire d’une licence ou d’un Bachelor Responsable d’Affaires Immobilières voire d’un BTS Profession Immobilières ou licence en droit ou en sciences économiques, d’un BTS Comptabilité et gestion des organisations ou d’un DUT Carrières juridiques.

Suptertiaire  immobilier propose d’effectuer le BTS Professions immobilières, après l’obtention d’un baccalauréat. Durant les deux années de formation, les étudiants acquièrent des compétences en droit juridique, droit social, économie et organisation de l’immobilier, architecture, habitat et urbanisme, transaction immobilière, gestion locative, copropriété, baux commerciaux, comptabilité générale et appliquée à l’immobilier, fiscalité, financement, assurance, culture générale, anglais.

Les aspirants peuvent autrement opter pour le Bachelor Responsable d’Affaires Immobilières, en 3 ans (post-bac) ou 1 an après le BTS Professions immobilières. Ce titre de niveau II (bac+3), inscrit au Répertoire National de la Certification Professionnelle, permet d’acquérir les bases du secteur, de devenir un professionnel compétent en transaction et gestion immobilière et d’avoir accès aux cartes professionnelles T (Transaction), G (Gestion locative) ou S (Syndic de Copropriété) permettant d’accéder à la fonction de gérant d’une agence immobilière ou d’un cabinet de gestion. Le Bachelor peut être réalisé en alternance.

 

Débouchés

Le gestionnaire syndic de copropriété peut être salarié dans un cabinet de syndic ou diriger son propre cabinet. Dans les deux cas, il est choisi, élu et mandaté par les copropriétaires pour une durée de 3 ans renouvelables.

A chaque fois qu’un immeuble sort de terre, il faut recruter du personnel  compétent et spécialisé. Des places sont à prendre.

D’ailleurs, 80 % des apprenants de l’école SUPTERTIAIRE trouvent un emploi à l’issue de leur formation (65 % dans l’entreprise qui les a accueillis).

Évolution professionnelle

Le gestionnaire de copropriété peut également exercer les fonctions de gestionnaire locatif ou évoluer vers un poste de principal de copropriété : il aura alors sous sa responsabilité plusieurs immeubles et pourra collaborer avec le gestionnaire de chaque bien.

 

Rémunération

Le gestionnaire de copropriété gagne à ses débuts entre 35 000 et 40 000 euros bruts par an.