Jeune couple

Négociateur immobilier

Négociateur immobilier

le profil recherché

Très actif dans ce domaine depuis plus de 40 ans, l’immobilier est un secteur porteur en termes de débouchés professionnels. En effet, les besoins sont multiples et fructueux pour qui saura se placer au bon endroit. Le négociateur immobilier est un intermédiaire entre opérateurs économiques (propriétaire ou acquéreur) afin de faciliter la transaction immobilière. Son rôle consiste à trouver des lieux disponibles tout en négociant les prix pour tous les intervenants économiques.

Mobilisés dans le domaine du commerce, ces professionnels doivent également posséder une forte réactivité et échanger avec des acheteurs et vendeurs très éloignés géographiquement. Le négociateur immobilier travaille énormément sur l’aspect commercial que ce soit par téléphone ou bien encore en visitant professionnellement les établissements concernés. En général, 5 à 7 échanges seront nécessaires pour réaliser une vente ou une location commerciale. C’est donc un rôle très évolutif et particulièrement porteur en termes de débouchés économiques (primes par exemple).

Pour être négociateur immobilier, le mieux est d’effectuer un Mastère Asset Manager chez Suptertiaire

Négociateur immobilier

Ses fonctions

  • Appartements, maisons individuelles, immeubles, fonds de commerce… Le négociateur immobilier est sur tous les fronts.
  • Mandaté par un propriétaire désireux de vendre ou de louer son bien, il se charge de trouver un locataire ou un acquéreur potentiel.
  • En amont, son expérience et sa connaissance du marché de l’immobilier lui permettent d’évaluer le bien et de vérifier les informations fournies par le propriétaire. À partir des données recueillies (superficie, montant des charges et des impôts, travaux budgétés ou à prévoir, prestations de l’immeuble…), il scelle un accord avec son client sous la forme d’un mandat de vente ou de location, qui indique le prix souhaité.
  • Muni d’un solide argumentaire, le conseiller en transactions immobilières organise la publicité et les visites, et vérifie les garanties financières des personnes intéressées.
  • Habile négociateur, il joue un rôle d’intermédiaire entre son client et le locataire ou l’acquéreur. Son objectif est d’aboutir à une entente sur le prix entre les deux parties.
  • Une fois l’affaire conclue, le conseiller en transactions immobilières les accompagne dans les différentes démarches financières et administratives jusqu’à la signature du contrat.
  • Il suit de près les délais d’obtention de leur prêt, renseigne le propriétaire vendeur sur les certificats obligatoires, informe les futurs locataires des justificatifs à produire, accompagne les vendeurs et les acquéreurs dans leurs démarches chez le Notaire.
Négociateur immobilier

Ses compétences

  • Excellentes aptitudes à la communication
  • Excellentes compétences interpersonnelles
  • Excellentes compétences en matière de service à la clientèle
  • La capacité d’inspirer la confiance des clients
  • Une nature chaleureuse et amicale
  • Une attitude professionnelle dans toutes les relations avec les clients
  • Une attitude positive
  • Honnêteté et ouverture d’esprit
  • Bonnes capacités de négociation
  • Bonne connaissance des affaires
  • Intérêt pour le processus de vente
  • Intérêt pour le processus de construction
  • Une nature persuasive
  • Tact et diplomatie
Les qualifications

Quelles qualifications pour devenir négociateur immobilier ?

Longtemps il suffisait de compétences commerciales pour exercer ce métier. De nos jours les lois et connaissances nécessaires sont tellement complexes et techniques que le Négociateur Immobilier doit être titulaire :

Du BTS Professions Immobilières
Du CQP Négociateur Immobilier de la branche Immobilière
D’un Titre reconnu au RNCP Conseiller en Transactions Immobilières
En poursuite d’études ou en reconversion professionnelle pour les personnes de plus de 26 ans ou ayant déjà eu une expérience professionnelle dans la vente.

Négociateur immobilier

les débouchés

Le métier de négociateur immobilier est un métier qui a beaucoup de débouchés. Les négociateurs immobiliers peuvent travailler pour des agences immobilières, pour le gouvernement ou encore pour des particuliers. Les négociateurs immobiliers doivent avoir une bonne connaissance du marché immobilier et des différents types de biens immobiliers. Ils doivent également avoir une bonne connaissance des techniques de négociation.

  • Agences immobilières :Entreprises généralement de petite dimension (2 à 10 salariés) opérant dans la transaction-location et/ou la gestion de biens immobiliers. Les agences sont indépendantes ou rattachées à un groupe.
  • Promoteurs, constructeurs : Entreprises en charge de la réalisation d’un programme immobilier et donc de la vente de biens sur plan.
  • Service immobilier : Service syndic ou gestion immobilière d’une collectivité locale ou d’une grande entreprise (exemple banque ou distribution) (non assujettis à la loi Hoguet).
  • Marchand de biens pour leur compte (non assujettis à la loi Hoguet).
salaire

Rémunération d’un négociateur immobilier

De nombreux négociateurs commerciaux sont payés en partie à la commission et les salaires peuvent être très élevés, en fonction de la nature et de la localisation de l’entreprise qui emploie la personne. Les salaires d’environ 50 000 € ne sont pas rares dans cette fonction et les négociateurs commerciaux confirmés peuvent gagner encore plus.
Soit salarié en « avance sur commissions » soit agent commercial, le négociateur immobilier perçoit un % de la commission hors taxes pour la rentrée de mandat et un autre % pour la signature avec un acheteur, les deux sont cumulés, on dit alors qu’il est en « entrée » et « sortie ». La rémunération mensuelle varie de 2.000 € à 4.000 € et peut même aller au-delà pour les meilleurs.

Loi ALUR

Carte professionnelle

S’il est dirigeant, il doit être en « capacité de carte ». S’il est salarié ou mandataire, il travaille sous la responsabilité du dirigeant qui demande pour lui une « carte par délégation ». Ils sont tous soumis à l’obligation de formation annuelle imposée par la loi ALUR depuis le 1er janvier 2017.